Un oeil sur l'UE

Accueil » Google : une amende après l’autre

Google : une amende après l’autre

Une amende de plus de 2 milliards d’euros est imposée par la justice européenne ce 10 novembre 2021 pour faire face aux nouvelles pratiques anticoncurrentielles de Google.

D’après le tribunal de l’Union Européenne, Google est accusé d’avoir « abusé de sa position dominante en favorisant son propre comparateur de produits par rapport aux comparateurs concurrents ». Depuis 2017, une amende avait été annoncée par le tribunal à l’encontre de Google pour avoir privilégié le positionnement de Google Shopping dans 13 pays européens. 2,4 milliards d’euros sont réclamés au géant américain pour corriger ce qui lui est reproché.

L’enquête est ouverte depuis 2010. A ce moment, il avait été demandé à Google de revoir l’affichage des sociétés concurrentes dans les moteurs de recherche en raison des plaintes déposées par Tripadvisor et Twenga. Cela rendait quasiment invisible les services concurrents. Google a même affirmé que leur « approche a fonctionné avec succès pendant plus de trois ans, générant des milliards de clics pour plus de 700 services de comparaison de prix ».

Que va-t-il se passer désormais ?

Le groupe californien est actuellement impliqué dans trois procédures, regroupant au total une amende de plus de 8 milliards d’euros. Cependant Google semble réussir à obtenir gain de cause puisqu’il est parvenu à échapper aux 3,5 millions d’euros qui lui étaient réclamés par le Royaume Uni. Malgré toutes les contestations sur ce qui lui est reproché depuis plusieurs années, cette société est aujourd’hui la plus lourdement sanctionné.

D’autres enquêtes pourraient voir le jour à Bruxelles, notamment en ce qui concerne le domaine des locations de vacances ou des annonces d’emplois.

Afin de mieux surveiller ces pratiques anticoncurrentielles, l’Union Européenne est en train de mettre en place de nouvelles législations. Le Parlement européen examine actuellement de nouvelles obligations et interdictions réglementés par Bruxelles.

Marine Poulain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut