Un oeil sur l'UE

Accueil » Welcome Back, le retour des États-Unis

Welcome Back, le retour des États-Unis

Le retour des États-Unis dans les accords de Paris  

« Welcome Back ! » C’est ainsi qu’Emmanuel Macron a salué le retour des États-Unis dans l’Accord de Paris via son tweet du 21 janvier adressé au nouveau président américain, Joe Biden. « C’est tous ensemble que nous pourrons réussir à relever les défis de notre temps. C’est tous ensemble que nous pourrons changer la donne climatique en agissant pour notre planète. » 

Signé le mercredi 20 janvier, soit le premier jour du mandat présidentiel de Joe Biden, ce retour permet aux États-Unis de faire à nouveau partie de l’accord, à compter le 19 février exactement. 

Le geste politique est fort car les Etats-Unis n’étaient plus dans cet accord depuis l’élection de Donald Trump. L’ancien président, ayant comparé le réchauffement climatique à un « canular », il s’était retiré de l’accord au lendemain de son élection présidentielle.  

Retour sur cet accord  

Petit retour sur cet accord et ses enjeux. Signé à Paris le 22 avril 2016 à l’issue de la COP 21, le 12 novembre 2015 par 197 pays, il a pour but de lutter contre les changements climatiques et leurs effets néfastes. Cet accord vise à réduire considérablement les émissions mondiales de gaz à effet de serre et à limiter à 2°C l’augmentation de la température mondiale au cours du 21e siècle, tout en essayant de ramener cette augmentation à 1,5 °C. 

Projections pour le futur  

Le travail pour Joe Biden et Kamala Harris (sa vice-présidente) s’annonce difficile. Pour commencer, ils ont décidé de stopper l’immense projet d’oléoduc Keystone XL entre le Canada et le Mexique. Ce qui n’est pas une surprise, car Joe Biden l’avait déjà annoncé dans sa campagne électorale mais, évidemment, cette annonce provoque la colère des nombreux lobbys pétroliers. De plus, elle crée d’ores et déjà quelques tensions entre les États-Unis et le Canada.  

Le chemin ne sera donc pas sans obstacle, mais le nouveau président américain a bel et bien pris la décision lui permettant d’être en accord avec le « Make our planet great again » d’Emmanuel Macron qui dénonçait le retrait de Donald Trump en faisant allusion à son fameux « Make America great again » ! 

Affaire à suivre donc… 

Camille B  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut