Un oeil sur l'UE

Accueil » Hongrie : Un pays à contre-courant

Hongrie : Un pays à contre-courant

Membre de l’Union européenne depuis 2004, la Hongrie est aujourd’hui considérée comme le vilain petit canard européen. Son Premier ministre Victor Orban, au pouvoir depuis 2010, incarne les dérives autoritaires d’un pays qui inquiète l’Union européenne. 

Un gouvernement autoritaire 

Après la chute du communisme en 1989, le jeune Victor Orban se lance en politique. Il devient député à 27 ans, fonde ensuite son parti de centre droit nommé “Fidesz”, puis devient Premier ministre à seulement 35 ans entre 1998 et 2002. Il le redeviendra en 2010 à la suite d’une victoire écrasante qui lui offre la possibilité de facilement mettre en place ses mesures, bien aidé par une super majorité au parlement hongrois. Au fil des années, le Fidesz s’est mué en un mouvement conservateur, chrétien et surtout anti-immigration. Souvent qualifié de populiste, le parti de Victor Orban gouverne avec une main de fer et ne laisse aucune place aux opposants. Sans trop faire de bruit, le gouvernement musèle progressivement certains médias en stoppant les subventions ou en imposant une ligne éditoriale pro-gouvernementale : les voix anti-Orban se font de plus en plus rares dans le pays. Le Fidesz et son leader gardent néanmoins une bonne côte de popularité en Hongrie, en témoigne la victoire des élections législatives de 2018 qui permet au parti de maintenir son emprise sur le pays.  

Une relation compliquée avec l’Union européenne  

Après avoir conditionné l’obtention de fonds européens au respect de l’état de droit, l’Union européenne s’est attirée les foudres de la Hongrie. En effet, lors du vote du budget de l’UE, la Hongrie et la Pologne ont opposé leur véto car les deux pays ne souhaitent pas rendre de comptes à Bruxelles, notamment sur les questions de droits de l’homme et de liberté de la presse. L’Union européenne a régulièrement averti sur les dérives autoritaires hongroises, sans pour autant véritablement agir ou sanctionner un gouvernement hongrois qui se place souvent au bord des limites éthiques, morales et légales. Les députés européens hongrois jouissent néanmoins d’une certaine légitimité grâce à leurs nombreux alliés conservateurs partout en Europe. Malgré un certain malaise de la part des dirigeants européens, Victor Orban continue de faire parler de lui lors des différents sommets, lui qui estime représenter une vision différente de l’Union européenne, à défaut de vouloir la quitter.  

Etienne Delattre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut