Un oeil sur l'UE

Accueil » France – Turquie : Le torchon brûle

France – Turquie : Le torchon brûle

Les relations entre la France et la Turquie étaient déjà, depuis plusieurs années, conflictuelles sur certains dossiers internationaux. Depuis quelques semaines, les tensions entre la France et la Turquie s’accélèrent.

Il y a quelques jours, le président turc Erdogan appelait à boycotter les produits français, après qu’Emmanuel Macron a défendu la liberté de caricaturer le prophète Mahomet. Il a en effet critiqué l’attitude du président français envers les musulmans, allant jusqu’à mettre en cause sa santé mentale. « Tout ce qu’on peut dire d’un chef d’État qui traite des millions de membres de communautés religieuses différentes de cette manière, c’est : allez d’abord faire des examens de santé mentale », a déclaré le président turc. La France a répliqué immédiatement, qualifiant ces propos d’« inacceptables » et rappelant à Paris l’ambassadeur français situé à Ankara. Cela ne s’était jamais produit avant, malgré les nombreux désaccords franco-turcs.

L’appel d’Erdogan au boycott des produits français est contraire aux accords de l’UE avec la Turquie, qui comptent le libre-échange des marchandises. Un porte-parole de la Commission européenne déclarait alors à propos de ces accords : « Les appels au boycott des produits de tout État membre sont contraires à l’esprit de ces obligations et éloigneront encore plus la Turquie de l’Union européenne ».

La France, quant à elle, veut faire sanctionner par l’UE les déclarations du président turc Recep Tayyip Erdogan contre le président Emmanuel Macron. Elle serait même prête à proposer au Conseil européen des 10 et 11 décembre 2020 une suppression de l’union douanière avec la Turquie. Celle-ci permet des échanges économiques sans taxes et profite donc grandement à l’économie turque. Le gouvernement confirme que cette proposition est à l’étude, mais il faudra l’accord des autres chefs de gouvernements de l’UE.

En cherchant à se présenter comme le défenseur des musulmans contre ce qu’il qualifie de « campagne de haine » menée par la France, le président turc met en danger ses relations avec l’Union Européenne pourtant déjà fragiles. Mais la menace de la France est à manier délicatement car la suppression de l’union douanière de la Turquie avec l’UE pourrait avoir des conséquences sur les entreprises françaises installées en France.

Jeanne G

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut