Un oeil sur l'UE

Accueil » Comment les institutions européennes peuvent-elles sauver la faune d’Europe ?

Comment les institutions européennes peuvent-elles sauver la faune d’Europe ?

L’Europe abrite une variété de faune exceptionnelle, allant des grands herbivores tels que les cerfs et les bisons aux rapaces tels que les aigles et les vautours. La directive de l’Union européenne sur la protection de la faune sauvage (2009/147/CE) a été mise en place pour protéger la faune sauvage et son habitat, mais de nombreuses espèces sont encore en danger. Les gouvernements nationaux et l’Union européenne travaillent ensemble pour garantir la protection de ces espèces en péril.

Dans les faits, cette directive permet la mise en place de programmes de conservation de la faune sauvage, tels que les réserves naturelles et les projets de réintroduction qui sont importants pour la survie des espèces en danger. Les initiatives de protection de l’habitat, telles que la restauration des zones humides et la plantation d’arbres, sont d’autres actions financées par les fonds européens.

L’UE finance et co-organise de nombreuses actions qui visent à sensibiliser les citoyens européens à la valeur de la biodiversité et à l’importance de protéger la faune sauvage. De nombreuses commissions au sein des institutions travaillent à la coopération internationale est cruciale pour la protection de la faune mondiale et la préservation de la biodiversité pour les générations futures.

Il est important de noter que selon les derniers chiffres officiels en Europe comme en France, on constate depuis 30 ans une augmentation très importante des effectifs de beaucoup d’espèces de mammifères, consécutive à l’arrêt de leur persécution systématique. Les milieux naturels ne sont donc pas trop fortement détériorés et offrent toujours des ressources substantielles pour que cette faune puisse se développer. Il y a une baisse de la biodiversité à l’échelle globale. Par contre, il est aussi juste d’affirmer que la situation n’est pas dramatique car de nombreuses espèces se portent beaucoup mieux qu’il y a un siècle : l’exemple des mammifères et des oiseaux en Europe le démontre amplement par leur forte croissance ces dernières années. Des efforts de conservation doivent continuer à être entrepris par les États et les institutions européennes car le patrimoine naturel mérite une attention de tous les instants.

A.R.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut