Un oeil sur l'UE

Accueil » Les répercussions de la Covid sur la culture en UE

Les répercussions de la Covid sur la culture en UE

Une étude publiée par le réseau mondial EY fin janvier 2021 montre les dégâts impressionnants de la crise sanitaire sur le secteur de la culture dans l’Union européenne.

Un chiffre d’affaires en chute libre

En son sens large, la culture inclut dix secteurs : la musique, les arts visuels, le spectacle vivant, le livre, les jeux vidéo, la presse, l’architecture, la publicité, la radio et l’audiovisuel. Ces dernières années, la culture a été à la pointe de l’économie européenne, et ces dix secteurs représentaient près de 4,5 % de l’ensemble du PIB européen et comptaient pour 7,6 millions d’emplois avec un chiffre d’affaires estimé à 643 milliards d’euros. Le secteur de la culture est l’un des plus impacté depuis le début de la crise sanitaire. Selon les chiffres présentés par le réseau international d’audit EY, les professionnels de la culture ont perdu le tiers de leur chiffre d’affaires à cause des restrictions liées à la Covid-19.

Parfois jugée comme une activité non essentielle, le rapport de cette étude « Rebuilding Europe » met en avant l’importance de la culture pour l’UE. On peut ainsi lire :  » L’économie culturelle est un puissant levier d’exportation et de rayonnement pour l’Union européenne « . Il est vrai que les exportations de biens culturels représentent presque 30 milliards d’euros en 2017. Selon Jean-Noël Tronc, président du Gesac (Groupement européen des sociétés d’auteurs et compositeurs) et commanditaire du rapport EY : « Les industries culturelles et créatives sont à prendre en compte dans une stratégie économique de relance globale. Réinvestir dans les industries culturelles est une partie de la solution ». L’auteur de cette étude, Marc Lhermitte, ajoute que la culture comptait parmi les poids lourds de l’économie de l’Union européenne avant la pandémie.

Des conséquences graves sur l’économie

La contribution économique de la culture en termes de chiffre d’affaires était, avant la pandémie, supérieure à celle des télécommunications, de la haute technologie, de l’industrie pharmaceutique ou de l’industrie automobile ». La progression économique était particulièrement spectaculaire dans les jeux vidéo, la musique, l’architecture ou encore la publicité. Elle était un peu plus faible mais également significative dans le spectacle vivant, l’édition ou les arts visuels. La culture contribuait ainsi positivement à la balance économique de l’UE. Elle exportait plus qu’elle n’importait de biens et services culturels. Depuis la crise sanitaire, le secteur le plus touché est celui du transport aérien, mais les industries culturelles et créatives ont connu des pertes de chiffre d’affaires supérieures à celles subies par d’autres secteurs phares de l’économie européenne, que sont le tourisme et l’automobile. Cette perte de chiffre d’affaires du secteur de la culture représente près de 200 milliards d’euros en moins par rapport à 2019. Les chiffres sont particulièrement impressionnants quand on regarde par sous-secteurs : par rapport à 2019, une chute du chiffre d’affaires de 90 % pour le théâtre et le spectacle vivant ou encore une baisse de 76 % pour la musique. Tous les sous-secteurs sont impactés par la crise sanitaire, sauf les jeux vidéo, qui connaissent une augmentation d’environ 10.

Cette étude confirme l’impact économique inégal de la crise sanitaire sur les différents secteurs. Elle montre finalement que les conséquences économiques de cette crise seront durables. Les revenus des musiciens et artistes seront impactés pendant plusieurs années. Mais l’étude conclut sur une note plus positive en présentant la capacité d’adaptation et d’innovation du secteur culturel et créatif. Elle a ainsi intensifié son basculement vers le numérique et a proposé de nouvelles expériences au public, ce qui devrait lui permettre de rebondir.

Jeanne G

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut