Un oeil sur l'UE

Accueil » Amazon et l’e-commerce en temps de pandémie

Amazon et l’e-commerce en temps de pandémie

En Europe, la part du e-commerce, c’est-à-dire du commerce en ligne ne cesse de grandir et de prendre une place importante. Selon l’European Ecommerce Rapport en date de juillet 2020, 636 milliards d’euros ont été dépensés dans ces plateformes d’achats en ligne, soit un bond de 14% par rapport à 2018. Et le potentiel d’acheteurs ne cesse de grandir en Europe avec plus de 500 millions de clients potentiels !
En tête des pays où l’on achète le plus, le Danemark figure en pôle position, suivi de l’Allemagne et des Pays-Bas. Mais la crise du COVID 19 dans le monde, les ventes en ligne ont littéralement explosé avec la fermeture de commerces durant les confinements en France et en Europe durant l’année 2020.
En effet, les géants de la vente en ligne à commencer par l’Américain Amazon, ont continué à livrer les millions d’habitants qui commandaient en ligne, faute de ne pas pouvoir aller en magasin.

Amazon en bref

Amazon, fondé en 1995 par Jeff Bezos, actuellement CEO du groupe américain. Elle emploie plus d’un million de salariés en 2020 et réalise plus de 320 milliards de dollars de chiffre d’affaires.

Mais qu’est-ce qui fait le succès de ce géant d’e-commerce ?

Prix défiant toute concurrence, rapidité de livraison en 24 h, grosses remises avec bien sûr le traditionnel « BlackFiday ». Autant de points sur lesquels les acheteurs sont conquis à commencer par les livraisons. Avec un réseau tentaculaire à travers le monde, une compagnie aérienne « Amazon Prime Air », des centaines de sous-traitants pour livrer des centaines de milliers de colis.
En France, Amazon est le premier site de vente en ligne devant Cdiscount ou encore la FNAC. Il est leader dans de nombreuses boutiques comme dans l’électronique, la mode ou encore la beauté.
Son chiffre d’affaires serait de 7,7 milliards d’euros, soit plus de 33 millions d’articles vendus sur la plateforme !
Mais le succès se fait aussi par ses nombreux partenariats et aussi par son service client et le service de retour de marchandises.
Amazon, c’est aussi Prime avec son site de streaming, Amazon Music pour la musique, mais aussi le plus utilisé, Amazon Prime pour la livraison rapide grâce à un réseau en constante mutation pour pouvoir assurer la livraison partout dans le monde.

Amazon et pandémie mondiale

Mais la crise du COVID-19 sur ce géant Américain ne lui a pas fait peur, bien au contraire, cette pandémie mondiale a permis à Amazon de profiter (encore) plus au géant de l’e-commerce avec une augmentation significative de ses ventes et notamment aux Etats Unis et en Europe.
En Italie, par exemple, là où le coronavirus a fait beaucoup de ravages, les ventes ont progressé de 9 % dans la première semaine de mars et de 21 % dans la seconde et ce dans de nombreux secteurs comme l’épicerie ou encore l’électronique.

Malgré la hausse de ventes au niveau mondial durant cette année 2020, Amazon a dû aussi faire face notamment en France à une grogne avec notamment la fermeture de l’ensemble de ses entrepôts pour 2 semaines du 16 au 25 avril en raison de la pression du gouvernement français. Il a alors dû s’adapter et ainsi revoir sa logistique grâce à ses 1000 sites répartis dans le monde, ce qui ne l’a pas empêché de livrer en France malgré cette fermeture.
Dans une étude Kantar du 18 mars 2021, une certaine faiblesse a tout de même été constatée en France avec la naissance d’un « Amazon Bashing ». Le géant Américain a aussi eu plus de concurrents et a généré moins de chiffre d’affaires à hauteur tout de même de 8 milliards d’euros.

Et le rôle de l’Europe dans tout ça ?

Elle intervient occasionnellement via la Commission européenne ou d’autres institutions dans les affaires d’Amazon comme récemment à la fin de l’année 2020.
En effet, Margrethe Vestager, la commissaire Européenne à la concurrence, a lancé une procédure pour « non-respect des règles de la concurrence » envers Amazon.
Deux mois plus tard, c’est la firme elle-même qui a contre-attaqué en déposant un recours à la Commission européenne via la Cour de justice de l’Union européenne, pour des pratiques contraires aux règles européennes.
Mais selon le Financial Times, les experts de la commission peinent à trouver des failles dans les algorithmes du site internet Amazon afin de permettre la condamnation de la firme américaine.
Une enquête est toujours ouverte depuis plusieurs mois car l’Union européenne accusait Amazon d’avoir utilisé des données des vendeurs tiers présent sur la marketplace pour leur faire ensuite une concurrence déloyale.

Pierre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut